Image d'illustration de l'article sur l'importance de l'UX, montrant quelqu'un dessiner des wireframes UX

L’importance de l’UX pour un site web ambitieux

Revenir aux essentiels. Chez Lemon, on vous propose de l’UX, ou Expérience Utilisateur, depuis nos débuts. Il serait temps pour nous de faire une petite mise à jour, en revenant aux questions élémentaires. Pourquoi devriez-vous faire de l’UX sur votre site ? Qu’est-ce qui le rend complémentaire avec l’UI ? En quoi la réussite d’un site peut être liée à l’optimisation de l’expérience utilisateur ? Que faisons-nous pour vous chez Lemon ?

Comprendre l’UX pour mieux l’accepter

Il est impératif de penser l’UX comme le travail de la compréhension de l’utilisateur, avant d’être celui d’un expert qui se vanterait de tout savoir sur le domaine. En réalité, le professionnel travaillant en UX fait avant tout preuve d’une forme d’analyse, de recherches sur l’utilisateur. En recueillant, sous diverses formes, les informations des utilisateurs, cela donne une idée des besoins et de la manière dont ils utilisent un site. Lui permettant ensuite d’imaginer comment améliorer son utilisation.

Ce premier travail s’effectue dès le début d’une relation client : via un audit ergonomique, pour les sites existant, puis l’approfondissement de ce travail par de la recherche utilisateur. On détermine ce dont il a besoin, ce qui l’irrite, ce qu’il veut voir…

Le tout grâce à des interviews, du shadowing ou observation/immersion discrète auprès des utilisateurs d’un site, des focus group et d’autres techniques de recherches.

Imaginer et inventer sans penser design

Nécessairement, le travail de l’UX passe par une forme de créativité. Cependant, celle-ci ne doit pas, comme vu précédemment, être en premier lieu celle d’un esprit cherchant à faire du beau. Évidemment le sujet finit par arriver, mais il passe après des critères touchant de plus près l’expérience d’un site. L’ergonomie, la taille et la quantité de “call to action”, l’adaptabilité sur tous les écrans…

Avant toute modification visuelle, on pense donc l’expérience en faisant des storyboards, des expériences maps, des wireframes… Dans cette idée de modification du site, non pas pour le plaisir des yeux mais celui du cerveau. En dernier viendra le temps du maquettage graphique où le professionnel pourra, s’il en voit le besoin pour le site, faire des propositions de design reliées à une nécessité UX.

En UX, on modifie un site : « non pas pour le plaisir des yeux mais celui du cerveau »

Ne jamais s’arrêter de faire mieux

Dans l’intérêt de l’UX d’un site, il important d’évoquer qu’on ne peut pas avoir toutes les solutions du premier coup. C’est tout l’objectif de tester les changements avancés, suivre leurs performances à long terme, et améliorer l’expérience proposée si elle ne convient pas.

Grâce à des tests utilisateurs, des questionnaires, voire à la mise en place d’A/B testing (Test de deux versions d’une même interface auprès d’utilisateurs pour déterminer la plus efficace), on cherche finalement à savoir si les modifications faites sont bel et bien performantes, est-ce qu’elles vont pleinement dans le sens d’une amélioration de l’expérience utilisateur.

De l’importance de l’UX dans le succès d’un site

Il reste à comprendre pourquoi faire de l’UX sur un site est vraiment nécessaire. Qu’est-ce que cela change ? Avoir la bonne information et un beau site n’est-il pas suffisant ? Justement, le travail de l’UX c’est de fluidifier ces deux aspects. Trouver aisément l’information voulue grâce à un travail sur les besoins de l’utilisateur et sur l’ergonomie du site. On a ici comme exemple la règle des trois clics : tout doit être accessible en moins de trois clics maximum. Dépasser cela, personne ne se donne le temps de rester.

D’autant que l’UX sert aussi à adapter son site aux différents formats aujourd’hui disponibles. Et c’est plus que nécessaire : 1 français sur 2 effectue des achats e-commerce sur mobile. Il ne faut plus négliger l’importance de l’expérience d’un site sur mobile ou tablette, l’ordinateur ne suffit plus.

Avoir une UX de qualité, c’est aussi et surtout booster son ROI (= Retour sur investissement) : inévitablement, c’est un travail qui se joue sur le parcours utilisateur. L’objectif va être d’être le plus clair possible, pour que le visiteur puisse acheter sans être stoppé par des interfaces inadaptées. Google prend d’ailleurs cela en compte dans son évaluation des sites !

Parce que l’ami de l’UX, c’est également le SEO (= référencement naturel) : en améliorant l’expérience de l’utilisateur sur un site, ils restent plus longtemps dessus et visitent plus longuement. Leur curiosité satisfait l’algorithme de Google, qui le classe alors comme site de qualité et le place en meilleure position dans les recherches.

Chez Lemon, nous avons compris l’importance particulière qu’il fallait accorder à l’UX dans nos réalisations. Nous avons assimilé, au fil des années, que l’expérience utilisateur prenait une place prépondérante dans la navigation sur le web. Son utilisation e-commerce elle aussi, ne cessait de croître. A travers les multiples possibilités d’invention et de révolution de l’expérience, Lemon travaille au quotidien pour apporter à chaque client et chaque réalisation, le renouveau espéré.

Image d'illustration de l'article sur l'audit UX montrant 2 personnes discutant devant des ordinateurs

L’audit UX : S’analyser pour mieux s’améliorer

Dans toutes les stratégies d’entreprises, il y a un passage obligé. Il peut intimider tant il s’est répandu dans de nombreux domaines aujourd’hui : l’audit. L’expérience utilisateur ou UX n’échappe pas à la règle. Lorsqu’on souhaite revoir son site pour optimiser son utilisation, il faut avant tout comprendre ce qui va ou non dessus. L’audit est là pour ça !

L’audit, lorsqu’il est UX… Ça change quoi ?

Le but de l’audit UX est avant tout d’analyser votre existant sur le web. Dans la majorité des cas, cet existant concernera des sites web (CMS ou non).

Ceux-ci doivent, et c’est un point essentiel aujourd’hui, être “responsive design”. C’est-à-dire déclinable automatiquement sur mobile, tablette et toutes les autres tailles d’écran possible.

L’analyse réalisée doit concerner tous les aspects nécessaires à l’optimisation de l’expérience utilisateur. Ergonomie, graphismes, parcours client, contenu éditorial et marketing… Rien ne doit être laissé au hasard, tous les aspects d’un site ont une influence sur le visiteur et sa manière de l’utiliser.

A ce titre, une bonne analyse vous donnera les clés de ce qui pourrait être amélioré. Que cela soit en termes de navigation, de cohérence globale ou de guidage sur le site.

Réaliser un audit peut permettre non seulement de mettre la lumière sur les améliorations éventuelles, mais surtout de baisser les taux d’abandon et de rebond. Ceux-ci amenant à une perte sèche, alors qu’ils peuvent être en partie résolus grâce à un audit UX complet.

Les différents niveaux de l’audit UX

Premier niveau : l’état des lieux

Pour réaliser nos prestations d’audit chez Lemon Interactive, nous avons mis en place trois niveaux de formules, représentatifs des investissements techniques possibles dans un audit UX :

  1. Etat des lieux : Il s’agit de faire une analyse de surface du site internet autour de cinq grandes thématiques qui sont :
  • La Performance : la rapidité du site
  • Le « Responsive » : l’adaptation du site à tous les écrans
  • L’Accessibilité : la technique, les contrastes, les typographies du site
  • L’Ergonomie : le menu, l’expérience globale du site
  • Catégorie spécifique : selon le secteur du site (vitrine, e-commerce, retails, blog)

A ce niveau, nos experts attribuent un UX Score de l’état global du site internet. Ils réalisent une analyse rapide qui permet de sortir une courte synthèse et quelques recommandations. Il est cependant possible de faire une analyse encore plus détaillée.


Deuxième niveau : l’analyse experte

Pour avoir une analyse correctement approfondie, il faut se baser sur des critères heuristiques. Dans ce domaine, il y a les noms de deux chercheurs en psychologie ergonomique qui sont au fondement de cet aspect essentiel de l’UX : Bastien & Scapin

En 1993 parurent leurs critères ergonomiques, ils se gardent comme référence encore aujourd’hui et continuent de servir de pilier dans l’évaluation des sites internet.

2. Analyse experte : On commence toujours par attribuer un UX score et un rapide tour d’horizon du site. Puis, nous réalisons une analyse basée sur les critères heuristiques de Bastien & Scapin pour vraiment entrer dans le cœur de l’analyse ergonomique UX. Ces critères sont les suivants :

  • Guidage : Regroupe tout ce qui aide à orienter l’utilisateur sur le site lors de ses interactions
  • Charge de travail : Correspondant à l’ensemble des éléments de l’interface qui permettent d’augmenter l’efficacité des dialogues sur le site
  • Contrôle explicite : Cela concerne la prise en compte des actions de l’utilisateur sur le site
  • Adaptabilité : Exprime la nécessité d’adapter automatiquement le site aux préférences et aux contextes d’utilisation des utilisateurs
  • Gestion des erreurs : Englobe les moyens de corriger, d’éviter ou de réduire les erreurs
  • Homogénéité et cohérence : Regroupe la cohérence globale des éléments du site, l’adéquation entre l’information et le visuel
  • Signifiance des codes et dénominations : Correspond à l’adéquation entre ce qui est affiché ou entrée et son référent
  • Compatibilité : L’interface doit être adaptée à toutes les technologies utilisées par les utilisateurs ainsi qu’aux caractéristiques de ceux-ci (âge, déficient visuel, attentes…)

L’analyse détaillée et précise de chaque remarque ergonomique, classée selon ces critères, permet de donner un audit rigoureux avec un développement de chaque point très précis. Nos experts peuvent donc donner un ensemble de recommandations complètes qui pourront être appliquées par la suite. En revanche, dans cette situation, nous restons sur une analyse réalisée par nos experts UX. Pour enrichir cet audit, il faut ajouter le point de vue des utilisateurs.


Troisième niveau : l’analyse experte + des tests utilisateurs

Le dernier niveau ajoute un aspect à l’audit qui est crucial si l’on veut comprendre au mieux les améliorations nécessaires sur un site : les utilisateurs.

3. L’analyse experte + des tests utilisateurs : Le principe, lorsqu’on souhaite ajouter l’utilisateur dans la boucle, c’est de le faire sous la forme de tests. En passant environ une heure par utilisateur, on lui définit un parcours d’usage avec des tâches à réaliser. 

Durant le test, on note les problèmes rencontrés, les parcours privilégiés, les réactions… Toutes les remarques qui peuvent être utiles au site. Pour garder une trace du test, il suffit d’enregistrer l’écran du participant et ses réactions.

Ces tests représentent une part importante de l’audit UX : en ayant des retours d’expériences directs, par les utilisateurs eux-mêmes, on peut prendre du recul sur notre vision de propriétaire du site ou d’expert UX. Il est nécessaire de les réaliser avec un protocole strict, différent selon le site et son audience.

Avec l’UX Score, l’état des lieux, l’analyse Bastien & Scapin et les tests utilisateurs, cela donne toutes les clés en main pour un audit bien approfondi qui permettra ensuite une conception/refonte de site réussie.

L’outil derrière l’analyse

Pour que le travail d’audit de nos experts soit optimal et facilité, il est nécessaire d’utiliser des outils qui vont en ce sens. Dans notre cas, nous privilégions l’usage d’un outil particulièrement complet et facile d’utilisation : Capian.

Cet outil payant permet, avec un plug-in sur navigateur relié à Capian, de capturer les problèmes sur le site analysé et de les ranger selon des critères prédéfinis (ceux de Bastien & Scapin par exemple, même s’il en existe bien d’autres). Chaque capture peut être annotée sur Capian. On peut y ajouter une description et les recommandations à appliquer pour régler le problème remonté.

Toutes les captures prises grâce à Capian peuvent être organisées selon chaque projet et sont modifiables librement par toute personne qui en a l’autorisation. Nous donnons donc à chaque client un accès libre à tous les problèmes et recommandations préconisées pour son site.

L’audit est une part importante à prendre en compte dès le départ d’un projet UX. A travers diverses méthodes et niveaux d’analyse, on peut avoir une idée claire sur ce qui doit être amélioré.

Chez Lemon, nous vous proposons ces différents niveaux d’audit et un accompagnement complet avec nos experts UX. Besoin d’une agence web pour votre l’UX de votre site internet ? N’hésitez pas à nous contacter !

RGPD : des nouveautés à prévoir en mars

A partir du 31 mars 2021, tous les sites devront mettre leur politique RGPD à jour. Après 2 ans d’application, les mesures continuent d’évoluer dans cet objectif de protection des données des utilisateurs. Quelles sont les nouvelles règles à appliquer ? Lemon détaille les nouveautés et vous aide à y voir plus clair !

2021 avance vite : adoptées en octobre 2020, les nouvelles règles sur les cookies doivent déjà s’imposer aux sites internet le mois prochain.

Dans les lignes qui vont suivre, tous les différents points et informations proviennent du site de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Vous pouvez aussi retrouver nos premiers conseils sur les principes et applications de la politique du RGPD sur l’article https://www.lemon-interactive.fr/rgpd-etes-vous-en-conformite/


En 5 points, voici les mesures expliquées simplement et demandées par la CNIL :

  • L’utilisateur devra pouvoir « tout accepter » ou « tout refuser » avec autant de facilité l’un que l’autre (boutons de la même taille, au même niveau et au même format). La seule présence des boutons « Paramétrer » + « Tout accepter » ne sera plus conforme.
  • La fermeture du bandeau ou la poursuite de navigation sans choix de l’utilisateur, doit maintenant être interprétée comme un refus.
  • Avant même de devoir accepter ou refuser, le visiteur doit avoir des informations claires sur les finalités de chaque cookie. Ainsi, il peut choisir ceux qu’il accepte ou non.
  • Seule la case des « cookies nécessaires au bon fonctionnement du site » peut être validée par défaut. Les autres seront laissées au choix de l’internaute.
  • Il sera à présent nécessaire d’utiliser un CMP (Consent Management Platform). Cela permet de conserver les choix de cookies faits par vos utilisateurs. Ces choix seront impérativement stockés durant une certaine période (6 mois – 1 an) pour que l’utilisateur puisse les changer librement.

Le temps ou l’expertise vous manque pour appliquer ces mesures à votre site ? Lemon vous accompagne tout au long du processus :

Le made in France : Une nouvelle aventure aux côtés de la French Fab

A l’ère de la transformation digitale, Lemon Interactive s’engage.

Quoi de mieux que de mettre notre savoir au service des industries françaises qui aspirent à se digitaliser ? Des convictions fortes qui nous amènent vers de nouveaux engagements : Lemon rejoint la French Fab.

Soutenir la French Fab et le savoir-faire français

Vous en avez sûrement déjà entendu parler, la French Fab a pour objectif de booster la transformation de l’industrie en unissant les acteurs industriels et en leur donnant un rayonnement nouveau.

Aujourd’hui La French Fab regroupe de nombreuses entreprises, crée des millions d’emplois et représente 10% du PIB Français.

Nous partageons ce désir d’être en recherche continu d’amélioration, dans un futur où doivent primer l’engagement, l’innovation, la digitalisation et l’entraide.

C’est dans cette optique que Lemon s’engage dans le territoire local et veut jouer un rôle dans le développement digital des industries Françaises. Du made in France par une agence digitale made in France.

Lemon rejoint la French Fab

Rejoindre la French Fab c’est savoir faire passer le collectif avant tout, c’est s’engager à moderniser son activité en passant par le numérique, c’est innover sans cesse en faveur de l’environnement, savoir s’adapter aux nouvelles pratiques et constamment se former pour développer de nouvelles compétences.

Mais rejoindre la French Fab c’est avant tout mettre ses compétences au service des autres.

Quelques-unes des industries françaises qui nous font déjà confiance :

  • Carea
  • Nord Baches
  • Clid industrie.

Retrouvez tous nos clients dans le secteur industriel en cliquant sur le lien ci-dessous ! N’hésitez pas à nous contacter pour tous vos projets web ?

Les Playmobil : de quoi rendre les entretiens de recrutement plus interactifs !

Nous savons à quel point il peut être stressant de se rendre à un entretien d’embauche. Le monde évolue constamment ; les méthodes de recrutement devraient elles aussi évoluer ! Pourquoi ne pas en faire une expérience plus interactive autant pour les candidats que pour les recruteurs ? Chez Lemon Interactive, nous avons revisité l’entretien d’embauche classique pour en faire un moment d’échange créatif entre de possibles futurs collaborateurs. C’est ce que nous appelons un ARI : un « Atelier de Recrutement Innovant ».

Le principe est simple : Révolutionner les présentations répétitives et bien trop vues et revues. Nous voulons que vous soyez dans les meilleurs conditions possibles lors de cet entretien, nous vous donnons la chance de montrer l’étendue de votre créativité, de sortir de ce cadre souvent trop stricte et plus stressant pour que vous soyez à même de déployer toutes vos capacités le temps d’un échange.

Le déroulement

Après une brève présentation du concept, L’équipe recrutement ainsi que le candidat bénéficieront chacun d’un temps imparti. Lemon Interactive pour imager l’agence et son fonctionnement et le candidat pour se présenter.

 

Les candidats 

Vos Playmobil et des accessoires à la main, l’heure est venu de décrire votre parcours en laissant bien loin le speech monotone et préparé. Vous avez la possibilité de le construire comme bon vous semble en matérialisant vos expériences, vos compétences, votre formation, votre profil ainsi que vos hobbies et valeurs.

Ensuite…

Il y aura un moment d’échange afin que vous puissiez donner votre avis sur cette expérience et la manière dont vous l’avez vécu car nous sommes dans un processus d’amélioration continue et votre bien être est notre priorité.

Nous avons déjà recueillis quelques avis : et en règle générale l’atelier a été apprécié ; les candidats considèrent qu’il permet de vivre l’expérience de manière moins stressante et qu’il a confirmé leur envie de rejoindre l’aventure Lemon.

Pour l’instant nous avons uniquement mis en place l’ARI pour certains type de profils et nous avons pour ambition de le généraliser sur l’ensemble de nos entretiens de recrutement.

Et vous ; que pensez-vous de ce type d’entretien d’embauche ? Seriez-vous prêt à jouer le jeu ? 😉

Pour l’heure n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ou à partager sur les réseaux sociaux, le monde doit découvrir cette nouvelle méthode !  🙂

Ce que le « 6 to one » vous apporte en tant qu’atelier

  C’est un atelier où il va falloir prendre une feuille, la couper en 6 parties et dessiner dans chaque partie une version mobile de la maquette du site avec quelques minutes pour chaque maquette. Donc, ça va très vite. Le but étant de pouvoir voir ses idées et les présenter.  On va ensuite recommencer l’étape mais là en ne prenant qu’une seule idée ou en  peaufinant l’idée initiale. Il faut vraiment aller très vite en production d’idées pour pouvoir trouver des solutions. C’est ce qui va par la suite permettre de générer le design studio.     Elise de l’équipe UX.

Cet atelier fera donc appelle à votre capacité créatrice et permettra d’avancer ensemble en présentant des idées en Co-création et d’évoluer par la suite vers la meilleur idée pour aller au bout de chacun de vos objectifs. Vous devenez un acteur majeur et nous avançons ensembles ce qui vous permettra de comprendre ce qui sera fait à chaque étape mais c’est aussi ce qui fera en sorte que nous puissions mieux vous comprendre, vous.

Les objectifs

Vous l’aurez entre autre compris, les objectifs d’un atelier 6 to one sont donc de Générer, développer, affiner et choisir des idées.

Le déroulé

Les participants reçoivent le brief et un premier gabarit (le Six Up) pour réaliser 6 propositions d’interface. Chaque participant présente ensuite ses propositions.

Les participants reçoivent ensuite un second gabarit (le One Up) où ils devront cette fois-ci combiner les solutions les plus intéressantes réalisées lors de l’étape précédente et converger vers une solution unique.

Le temps est le même durant tout le déroulé mais plus le gabarit est grand et plus il demande un niveau de détail élevé.

Alors, serez-vous le prochain à développer de nouvelles idées pour atteindre au mieux vos objectifs durant un de nos ateliers 6toOne ?

Découvrez le design studio dans un prochain article !

Ce que les « Playmobil Pro » vous apportent dans un atelier

  C’est un type de réunion faite avec le client afin de comprendre et de concevoir ensemble la ou les solutions aux problèmes qu’il rencontre. Par exemple pour une refonte de site, le but sera de savoir quel était le problème de son ancien site, pourquoi il y a eu ce type de problème et quelles en sont les solutions. Qui sont réellement les clients ; Famille ? Hommes de 40 ans ? L’idée est de cibler le client, cibler ses besoins mais également cibler les besoins de ses clients.   Elise de l’équipe UX.

Cet atelier fera donc appel à votre imagination et vous permettra d’allier plaisir et performance. Plaisir parce que vous retomberez un peu en enfance grâce à l’animation de vos Playmobil Pro et performance parce que c’est un atelier dans lequel vous serez encore une fois acteur d’une expérience de co-conception visant à vous permettre de régler les différentes problématiques détectées en fonction de vos besoins.

Les objectifs

Penser la conception, exprimer des points de blocage et en imaginer les solutions. Visualiser les parcours d’utilisateurs et les points de contacts. On va pouvoir prototyper, matérialiser et proposer les prototypes des story-boards ou des interactions avec des interfaces. Par exemple les 6 to one ou les expériences map. On va présenter chaque partie, chaque action de la personne qui va utiliser le site. On va modéliser et tester les solutions qui changent le quotidien de l’utilisateur. Ça va servir d’outil à la co-conception ; la partie de création et pour la partie test on va pouvoir tester et vérifier que certains types de services fonctionnent, rapidement et à moindre coût.

Le déroulé

Tout commence par l’accueil des participants.

Ensuite un petit icebreaker pour apprendre à se connaître, amener à la conversation et se mettre en condition. C’est également ce qui va par la suite nous servir à découvrir les besoins et s’il sera nécessaire de les classer ou non.  (5 à 10 minutes)

On énonce les règles de l’atelier avec une petite présentation sous forme d’icônes :

  • Participer activement
  • Etre bienveillant et à l’écoute ainsi chacun se sentira libre de pouvoir donner son avis
  • Lâcher prise : dans une optique où il faut tout se dire pour mieux avancer
  • Se servir du « et si » : « Et si c’était comme ça, comment ça se passerait ? »
  • Respecter le thème : pour arriver au bout de l’objectif fixé, il faut rester dans le thème

Il peut y avoir une question de départ correspondant au besoin, à la problématique ou au défi. « Quel est le défi de la journée ? Est-ce que c’est de savoir qui sont ses clients, est-ce que c’est de commencer à designer les premières pages d’un site ? »

On entre ensuite dans le vif du sujet et on commence avec les outils de Co-conception ; ici les Playmobil Pro. Le but étant de présenter à toutes les personnes qui participent à l’atelier des solutions en se servant des Playmobil Pro.

On termine par le « rôti » : prise de température dont le but est que chacun donne son avis sur l’atelier sur une échelle de 1 à 5 en expliquant son choix. Et enfin, on clôture. Et il peut y avoir une remise de récompense. 😉

Alors, prêts à réveiller l’enfant qui sommeille en vous à notre atelier « Playmobil Pro » pour atteindre de nouveau sommets en terme de performance de manière créative ?

En attendant, découvrez nos réalisations.

Le Lemon Trophy

SKEMA Ventures, l’incubateur-accélérateur de SKEMA Business School et nous même avons décerné le Prix Lemon Trophy à 3 jeunes fondateurs de startup.

Nous avons lancé le Prix Lemon Trophy avec SKEMA Ventures pour accompagner les startups. Pour cette première édition, trois fondateurs de startups ont été distingués.

  • Le 1er prix a été décerné à SOWCE, représentée par Julien Pourtau. La startup foodtech propose une sauce végétale riche en protéines et nutriments, alternative aux protéines animales.
  • Time N Joy, représentée par Thomas Rozier, gagne le 2e prix. Time N Joy est une solution digitale 3 en 1 pour la gestion et la localisation d’événements culturels, sportifs, festifs.
  • WIBES, représentée par Nicolas Raudrant, gagne le 3e prix. WIBES est une marque artisanale qui conçoit des baskets élégantes à partir de tissu africain wax.

Ce que le « design studio » vous apporte en tant qu’atelier

  Le but est de savoir quels sont les besoins du personae et de commencer à créer des visuels d’interfaces. La partie qui va être intéressante c’est que le design studio va servir à répondre à des besoins et la plupart du temps il s’agit de demander aux personnes qui vont faire cette atelier de répondre à un besoin donné, leur faire comprendre qu’il y a tel type de besoin et qu’il faut essayer de trouver la solution ensemble pour résoudre la problématique. La plupart du temps le besoin est exposé et si ce n’est pas le cas, il faut faire une expérience map avant. Une fois le besoin trouvé, il va falloir fournir plusieurs types de solutions. Le but ici est de savoir comment on va maquetter cette solution. Une fois qu’on a maquetté la solution, ce qui peut être intéressant c’est de la faire vivre. C’est-à-dire qu’on va avoir une maquette papier d’un site sur téléphone et on va s’amuser à la bouger, en faisant comme si on scrollait. Ce sera une longue bande de papier qu’il s’agira de faire scroller, dans le but de voir si toutes les interactions sont faisables en même temps.     Elise de l’équipe UX.

Les objectifs

L’objectif ici est de répondre à chaque problématique identifiée pour ensuite générer des idées de conception concrètes.

Il faut Imaginer les solutions en se demandant comment résoudre les problématiques. Et ensuite matérialiser les solutions sur l’interface de demain.

Le déroulé

  • Dans un premier temps, il faut imaginer chacune des solutions (dure en général 30 min)
  • Ensuite il faut faire le maquettage des solutions trouvées  (20 min)
  • Une fois cette étape terminée, il faut expliquer chacune des solutions (10 min)
  • Et enfin, il y a un vote des meilleures idées et des échanges sur le sujet.  (20 min)

Alors, prêts à générer des idées concrètes pour répondre à chaque problématique identifiée durant un de nos ateliers design studio ? Contactez-nous!

Découvrez l’expérience map dans un prochain article !