La rédaction assistée par intelligence artificielle (RAI) fait de plus en plus parler d’elle, mais reste un sujet épineux. Entre ceux qui misent tout sur les robots, et ceux qui pensent que rien ne remplacera jamais l’humain, l’intelligence artificielle fait son petit bonhomme de chemin, et montre déjà ses atouts et ses faiblesses. Lemon Interactive fait le point avec vous sur les avantages et les dangers d’associer le SEO et l’IA pour la rédaction de vos contenus.

Qu’est-ce que la rédaction assistée par intelligence artificielle ?

La rédaction assistée par intelligence artificielle, ou RAI, est une forme de production de contenu 100 % automatisée. La main de l’homme n’intervient plus ici, et le texte est automatiquement généré par l’intelligence artificielle, en fonction d’un corpus donné et d’une banque de mots. Ces données s’enrichissent de jour en jour grâce à l’utilisation qu’ont de plus en plus de professionnels du marketing dans le monde, et permettent de produire des textes de plus en plus qualitatifs.

L’historique de la rédaction SEO par intelligence artificielle (IA)

La RAI est très récente, puisqu’elle ne s’est vraiment démocratisée qu’en fin 2021. Le concept s’appuie alors sur le programme GPT3, un modèle de traitement du langage créé par le milliardaire Elon Musk, et qui est regroupé dans l’instance OpenAI.

Logo de l'entreprise OpenAI

Concrètement, aujourd’hui, OpenAI peut être qualifié comme le père, ou le parrain si vous préférez, de l’intégralité des outils qui proposent de la rédaction de contenu par intelligence artificielle. Il est cependant un peu moins "user-friendly" que les outils, type Jasper, qui vulgarisent un peu plus le traitement de l’outil.

Comment marche la rédaction SEO par IA ?

La base de la RAI est assez simple, puisqu’OpenAI ou Jasper utilisent un corpus de textes importé du web à partir de tous les langages. Ils le traduisent ensuite en anglais, analysent l’ensemble, et le génèrent en français en fonction de la demande.

Logo de l'entreprise Jasper.AI

L’outil de RAI s’appuie donc sur le corpus de texte du web, mais aussi sur une banque de données de mots. Ces mots permettent d’interpréter l’intégralité du corpus, de donner un sens aux instructions qu’on lui donne, et de recracher un texte.

Concrètement, l’outil se présente sous forme d’interface, dans laquelle on donne des consignes de rédaction (ton, langage, longueur du texte, thématique, mot-clé, titre…) pour générer ensuite du contenu. OpenAI est ainsi un outil ultra performant, puisqu’il permet d’intégrer de nombreuses consignes très avancées, qui permettent d’automatiser énormément d’aspects de la production de contenu.

Quand on parle d’automatisation, on parle, par exemple, de la possibilité d’ajouter des balises html, de rajouter du texte en gras, de segmenter automatiquement l’article (H1,H2…), d’insérer un tableau html, d’insérer des liens… Autant d’éléments qui permettent d’obtenir un texte très similaire à celui que pourrait rédiger un rédacteur ou un blogueur.

Quelles sont les forces de la RAI ?

Imaginons que vous ayez besoin de rédiger sur un sujet industriel très précis, sur lequel vous n’avez aucune expertise. OpenAI peut analyser pour vous le corpus de textes dans différentes langues associé à cette expertise, et vous proposer un titre, un plan d’article, et une base de contenus très intéressante permettant de ranker dans la SERP.

"La force majeure de la rédaction assistée par intelligence artificielle est d’offrir un gain de temps et de productivité indiscutable sur la production de contenu."

Une autre grande force d’OpenAI est de proposer des textes optimisés pour le SEO de façon assez naturelle, puisque l’outil analyse en priorité les meilleurs résultats des SERP. Il propose alors des textes abordant les grandes thématiques, et incluant les mots-clés essentiels utilisés sur les pages qui rankent le mieux sur les moteurs de recherche pour une requête donnée.

Enfin, le coût d’utilisation de l’intelligence artificielle est assez bas. On parle de quelques centimes par texte.

Les faiblesses de la rédaction par intelligence artificielle

La RAI présente malgré tout quelques faiblesses, et peut présenter certains dangers à l’utilisation. Il est alors important d’en prendre connaissance pour ne pas voir son site Internet pénalisé par Google.

L’intelligence artificielle n’est pas infaillible

Image illustrant une main de robot dans un nuage de données - SEO et IA - Lemon Interactive

L’intelligence artificielle n’est pas (encore) une science exacte. Vous ne pouvez donc pas automatiser la production de contenus sur un site sérieux et avec de l’historique, en mode copier/coller de textes générés automatiquement.

En effet, l’outil peut interpréter des sources de données erronées, comme on en trouve des milliers sur le web. Il est donc inconcevable de simplement générer un texte et le copier-coller sur son site. La relecture est ici essentielle pour ne pas donner aux internautes de fausses informations, parfois même grossières.

Le contenu artificiel reste souvent synthétique

Malgré sa capacité à donner beaucoup de contenu, l’intelligence artificielle reste assez synthétique. Il y a donc un gros travail d’enrichissement à effectuer pour donner plus de matière d’expertise, nécessaire pour séduire l’utilisateur et améliorer l’expérience utilisateur. Il n’est donc pas concevable, une fois encore, de se contenter d’un texte auto-produit, pour apporter du contenu de qualité aux internautes, et l’intervention humaine reste nécessaire.

Les robots de Google ont la RAI dans le collimateur

Pictogramme d'un robot de Google

Google a lancé, en août 2022, la Helpful Content Update, doublée d’une Core update en septembre 2022, qui sont annoncées comme des outils avancés de détection de contenu rédigé avec IA. Il y a donc une grande vigilance à adopter, en attendant de voir comment Google va accueillir ce type de textes.

Pour le moment, tout laisse à penser que le moteur de recherche ne sera pas très tolérant avec ce type de contenus, s’ils sont générés de manière trop grossière.

L’intelligence artificielle a tendance à se répéter

La RAI présente une certaine limite dans sa capacité à renouveler des textes uniques selon un même mot-clé. Ainsi, si dans un avenir proche, l’utilisation de l’intelligence artificielle augmente pour la rédaction de contenu web, le risque augmente aussi de voir la génération d’un texte déjà généré et publié auparavant, et donc de publier du contenu dupliqué sur son site web.

Exemple : si 10 personnes font une même requête avec le mot-clé « construction maison en paille », et même si les paramètres sont légèrement différents, il y a de fortes chances pour que OpenAI propose du contenu dupliqué.

Ce problème trouvera sûrement une solution dans le temps, car l’outil va s’enrichir d’un point de vue lexical, au fil des nombreuses utilisations des experts, mais cela reste un danger pour le moment, à garder à l’esprit.

Comment utiliser la RAI sans se faire remarquer par Google ?

À l’heure actuelle, il est finalement assez facile d’utiliser la rédaction par intelligence artificielle sans se faire pénaliser par Google. En effet, aujourd’hui, la RAI sert surtout aux sites éphémères qui dureront 3 à 6 mois avant d’être pénalisés par Google. C’est ce qu’on appelle du black hat. Le contenu généré est ici surexploité, mais il n’a pas vocation à durer dans le temps.

Dans une stratégie SEO pérenne, cette stratégie n’a pas de sens, et le webmaster doit impérativement apporter des touches personnalisées à l’automatisation de contenu, pour démontrer que ce n’est pas du black hat. Par exemple, si on ne prend pas la peine de mettre des mots en gras, de la donnée structurée, des photos uniques, des vidéos, un bon balisage sémantique… Il faut alors utiliser l’insertion de ces balises html pour faire croire à Google qu’il y a eu une intervention humaine.

Plus on customise l’article rédigé avec IA, plus on lui donne de la valeur, et plus on a des chances de passer entre les mailles du filet.

Est-ce que l’IA peut remplacer un rédacteur web en SEO ?

Image d'une main humaine tendue vers celle d'un robot - SEO et IA - Lemon Interactive

Notre réponse classique d'un point de vue SEO est : oui et non !

Oui, si votre but est de créer un site éphémère, peu qualitatif, et avec des objectifs de performances provisoires. Dans ce cas précis, il est alors tout à fait possible de multiplier la productivité en mettant des textes auto-produits par l’intelligence artificielle, sans perdre de temps à les rédiger et les relire. Si le projet s’étend sur quelques semaines ou quelques mois, le risque est nul.

Non, en revanche, si l’objectif est d’utiliser l’IA pour remplir les pages d’un site sérieux, voué à durer, qui dispose d’un historique et d’une visibilité, et qui s’inscrit dans une démarche de compétitivité.

Cela peut toutefois être un gain en termes de production de contenus, pour être plus compétitif sur le temps passé à la production de contenu. C’est d’ailleurs dans ce but que nous pouvons éventuellement recommander l'usage de l'intelligence artificielle. C’est-à-dire que la bonne façon, à notre sens, d’utiliser OpenAI, c’est de lui demander de générer un squelette de contenu, de le recouper avec la véritable intention de recherche, et de venir derrière l’enrichir avec l’expertise humaine et une véritable recherche sémantique. L’IA peut ainsi baisser drastiquement le temps de production, mais ça ne remplace pas l’humain.

Chez Lemon Interactive, on ne doute pas qu’un jour cette réalité pourrait être altérée. Des IA plus perfectionnée et capable d'écrire comme un humaine pourraient voir le jour, mais pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là ! Si vous souhaitez optimiser votre stratégie de contenu sur le web, faites appel à nous !